1. Prendre son temps pour s’y mettre

Karina Farek de
CollegeHumor
connaît la galère de la préparation de valise,
et elle nous livre en illustrations les étapes de cette épreuve
bien plus difficile qu’il n’y paraît. Il ne faut pas
sous-estimer ce passage délicat et obligatoire avant de pouvoir
profiter des vacances. C’est l’enfer.

1. Prendre son temps pour s’y mettre

« Je peux faire ça plus tard… Ça prendra environ 10
minutes. »

Crédits
photo
: CollegeHumor

2. Réaliser que tu devrais vraiment faire ta valise
MAINTENANT

Crédits
photo
: CollegeHumor

3. Revoir ton plan

« Ok, dans l’idéal j’ai besoin de cinq tenues. Plus
les pyjamas. Je pourrais réutiliser ces pantalons plusieurs
jours de suite, et les porter sur moi à l’aéroport… Je
devrais apporter un maillot en plus. Et utiliser le
shampoing de l’hôtel. Mais comment je fais s’il sent pas
bon ? »

Crédits
photo
: CollegeHumor

4. Avoir finalement tout emballé

« Ok, ok, ça a marché. C’est bon, je l’ai fait. »

Crédits
photo
: CollegeHumor

5. Amener ton sac jusqu’à destination

Crédits
photo
: CollegeHumor

6. Défaire tes bagages

« Je peux enfin me détendre après avoir trimbalé ça
toute la journée… J’ai quand même pas oublié mes
sous-vêtements ? »

Crédits
photo
: CollegeHumor

Le mieux pour ne pas s’embêter : être riche et tout acheter sur
place.

 

Source :
CollegeHumor

Et sinon, t’as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre
notre dernière vidéo !

1. Winnie l’Ourson censuré en Chine pour sa ressemblance avec Xi Jinping

La censure frappe tout le monde. Elle ne concerne pas seulement
les scènes de sexe au cinéma ; elle peut aussi toucher les
dessins animés pour des raisons plus ou moins obscures. Ainsi,
les animaux doivent-ils être habillés aux Etats-Unis parce que
quand même, une vache nue, ça le fait pas et le gouvernement
chinois préfère-t-il faire disparaître Winnie l’Ourson du web en
raison de sa ressemblance supposée avec le président Xi Jinping.
Chacun ses marottes.

1. Eolo en Patagonie

Partir dans de beaux hôtel à l’autre bout du monde, c’est
plutôt sympa. Si, si, je vous assure je trouve ça franchement
chouette. Mais quitte à aller à l’autre bout du monde, pourquoi
se priverait-on d’un lieu éloigné de tout, sans aucune présence
humaine si ce n’est celle des gens qui nous accueillerons avec
amour et désir ?

1. Eolo en Patagonie

On est ni plus ni moins sur une base
d’hôtel franchement pas dégueu
au milieu de nulle part
avec seulement 17 chambres, on peut dire que c’est un petit
privilège de profiter un jour de cette vue imprenable.

2. Green Magic Resort en Inde

Resort écolo
aux activités aventurières multiples situé dans la région
de Wayanad, c’est la destination parfaite pour les
aventuriers qui auraient voulu être Indiana Jones mais qui
ont raté le casting parce qu’ils n’étaient pas Harrison
Ford, les shlags.

3. Rifugio Torre di Pisa en Italie

Chalet
totalement paumé
à 2.6 kilomètres d’altitude dans les
Dolomites, idéal pour les amateurs de biquettes.

4. Jules Undersea Lodge en Floride

OK on n’est pas sur un hôtel vraiment éloigné de
tout
, en revanche on peut dire que les chambres sont
assez peinardes et ne t’expose pas au moindre problème de
voisinage puisqu’elles sont nichées sous l’eau et qu’il
faut se taper une petite cession de plongée avant d’y
accéder.

5. Bloomfield Lodge en Australie


Hôtel accessible
en hélicoptère puis bateau dans une
zone où si tu te crashes ou si ton bateau échoue tu peux
attendre quelques mois avant qu’on remette la main sur ton
pauvre destin.

6. Hotel Arctic au Groenland

Au bord du fjord
glacé
d’Ilulissat, cet hôtel pas dégueu offre un cadre
paisible et froid. Un peu trop froid d’ailleurs. Ça
mériterait qu’on installe des gros chauffage à l’extérieur
pour faire fondre la glace.

7. Kokopelli’s Cave au Nouveau-Mexique

Perdu en plein désert du Nouveau-Mexique, les chambres sont
nichées dans le creux de la roche. Surtout à déconseiller
si tu es allergique à la pierre.

8. Sossusvlei Desert Lodge en Namibie

En plein désert de Namib, les nuits étoilées de cette
oasis de luxe
n’ont aucun égal. Sauf dans ma chambre
mais c’est parce que j’ai mis des petites étoiles
fluorescentes au plafond.

10. Le Manta Resort sur l’île Pamba

On pouvait se limiter aux joies de l’île déserte, assez
paumée comme ça. Mais non. Il nous fallait en plus cette
petite cabane flottante
avec chambre immergée sous
l’eau pour kiffer se faire bouffer par un requin pendant
notre sommeil. Parfois on va trop loin.

Et qu’on ne vienne pas nous y adresser la parole.

Sources :


Buzzfeed


Telegraph

Tu ne sais jamais quoi mettre dans ta valise ?
Aucun problème
:

Pour bien te marrer, même en voyage, c’est Topito
Voyage
qu’il te faut.

Et sinon, t’as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre
notre dernière vidéo !

1. 29 ans

Joyeux anniverlose, joyeux anniverlose, joyeux anniverlose mec
qui va bientôt mourir…. Joyeux anniverlose ! Ouaaaaiiiis ! Super
! Une année de plus et en plus celle-là n’a aucun intérêt. Ça te
fait quoi de te rapprocher de la mort sans avoir aucune joie qui
contrebalance cet état de fait ? Oui, c’est bien ce que je
pensais.

1. Le requin faisandé en Islande

Alors on se fait une petite virée dans le quartier latin pour
se boire une soupe à l’oignon « typique » absolument
pas typique ? Le terroir est devenu tellement prisé qu’il a
évidemment fini par être dévoyé : on nous vend comme
traditionnelles des choses qui ne le sont pas le moins du
monde. Et voilà comment un plat pour clochards se retrouve au
menu de tous les restaurants islandais.

1. Le requin faisandé en Islande

Le hákarl était en réalité un plat que l’on refilait aux
sans-abris histoire qu’ils mangent un peu… Comme personne
n’a envie d’être pris pour un clodo, les Islandais se
gardent de manger du requin faisandé, réservant ça aux
touristes et aux SDF. Les touristes, eux, en raffolent.

Crédits
photo
(creative commons) : Xfigpower

2. Les spaghettis aux boulettes

Les spaghettis aux boulettes n’ont absolument rien de
typiquement italien. En Italie, on bouffe des spaghettis
d’une part, et des boulettes de l’autre, mais pas ensemble.
Le mélange vient des États-Unis, au départ, mais on peut le
retrouver dans certains restaurants italiens dégueulasses
pour séduire le touriste.

3. Les fajitas

Même si tu es un habitué des soirées Old El Paso, ne crois
pas que tu es un véritable mexicain de compet’ parce que tu
manges des fajitas. Les fajitas sont issues de la cuisine
tex-mex et sont des inventions américaines. Vu le tourisme
américain à Vera Cruz et Acapulco, il faut bien reconnaître
que les taquerias se sont mis à en vendre dans les
attrape-touristes, mais on ne verra jamais un vrai Mexicain
manger ça ; il mangera une quesadilla, lui.

Crédits
photo
(creative commons) : jeffreyw

4. Le cheese naan

Déjà qu’on ne trouve pas de naan partout en Inde, est-ce
que vous pensez vraiment que vous allez trouver des naans
fourrés à la vache qui rit ? C’est une invention française,
que les restaurants indiens en France se sont mis à
proposer tout simplement parce que ça se vend. Mais
certainement pas par tradition hindoue. Aucun Indien ne
bouffera jamais ça.

5. Le couscous royal

Qu’est-ce qu’il se passe quand on mélange 15 viandes dans
le couscous ? On le vend plus cher, bien joué Chatard. Et
voilà pourquoi on a inventé en France le couscous royal,
alors que le couscous traditionnel n’est composé que d’une
seule viande en plus de la semoule, des pois chiches, des
légumes et de la sauce. On trouve du couscous royal au
Maroc, désormais, mais seuls des cons d’occidentaux comme
nous se risqueront à en prendre.

6. Le Döner Kebap

Le Döner est né en Allemagne. Et c’est vrai, qu’en
Allemagne, on en trouve pas mal et que c’est devenu un peu
typique. Mais en tout cas, ce n’est pas turc. Si,
désormais, les Turcs en vendent et en consomment, ils
préféreront toujours un Iskender, vrai plat qui n’est pas
en sandwich. Contrairement aux touristes, donc.

Crédits
photo
(creative commons) : de:Benutzer:Wollschaf

7. Le Tikka Massala

Le poulet Tikka Massala a été inventé par les Anglais et
certainement pas par les Indiens. Ceux-ci ont noyé le
poulet dans la sauce pour satisfaire aux palais européens.
On n’en trouvera donc pas en Inde, mais bien à la carte de
tous les restaurants indiens, bien obligés de s’adapter
pour vendre des plats aux personnes peu au fait de la vraie
cuisine indienne.

8. La brochette au fromage

Si un jour vous trouvez une brochette au fromage dans un
restaurant japonais au Japon, c’est probablement que la
mondialisation a atteint le bout du tunnel et se mord la
queue. Les Japonais se mettraient à imiter la cuisine
japonaise. Parce que la brochette au fromage, ça n’existe
tout simplement pas au Japon.

Pas trop déçus ?

Sources : Melty, culturomonde,
la fabrique de l’histoire

Pour bien te marrer, même en voyage, c’est Topito
Voyage
qu’il te faut.

Et sinon, t’as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre
notre dernière vidéo !

1. « Mon cœur »

Non non, ce n’est pas parce qu’on est
célibataire
que les surnoms de couple commencent à nous les
briser menues. C’est tout simplement une religion à laquelle on
n’a pas adhéré pour une simple et bonne raison : ça donne envie
de dégueuler, de ravaler son vomi et de se coudre la bouche
pour pas pouvoir revomir son vomi avalé. C’est dire. Petit topo
topitant des pires éléments onomastiques qu’il nous est donné
de subir en termes d’accouplement sentimental.

1. « Mon cœur »

Si c’était vraiment ton cœur, ce serait un organe
sanguinolent et gras (à cause du cholestérol) qui te
foutrait le stress à force de battre son rythme, et qui te
mettrait la honte en vacances parce qu’il flingue toujours
les draps de la chambre d’hôtel. Et franchement question
conversation, à part « splotch, splotch » c’est
pas trop ça.

2. « Amour »

L’amour n’existe pas bordeeeeeel ! Ça a été inventé par des
francs-maçons pour se faire du pognon sur l’industrie de la
Saint-Valentin, c’est un comploooooot ! Une
conspiratioooooooooooon ! Je sais pas pourquoi j’écris avec
plein de leeeeeeeeeettres !

3. « Bébé »

Malheureusement, l’expression trahit un sérieux souhait
d’entreprendre un rapport sexuel avec un nourrisson… Ou
alors ça peut aussi vouloir dire que ton/ta partenaire te
considère comme un bébé. Dans ce cas, arrête peut-être de
manger de la purée Blédina en suçant ton pouce devant
Gulli.

4. « Chouchou »

La marque est déjà déposée avec la série Un gars, une
fille
va falloir se creuser un peu plus la tête les
gars. Surtout qu’un chouchou au départ c’est un élastique
pour les cheveux donc on voit pas ce qu’il y a d’excitant
là-dedans.

5. « Mon chat »

Témoignage d’une attirance zoophile latente pour les
chatons trop mignons. En attendant, si ton mec ou ta meuf
était vraiment un chat, faudrait changer sa litière tous
les matins et mettre son caca sans un sac poubelle.
#séduction

6. « Pupuce »

Bien que la puce se reproduise en se faisant perforer sur
tout son corps par le micro pénis de son mâle ce qui la
rend assez baroque, « pupuce » c’est vraiment un sale coup
à faire à sa meuf. Déjà « puce » c’est une offense à la
bienséance, mais « pupuce » c’est tout simplement dégueu. A
la rigueur, la variante « pupute » a le mérite d’être un
peu plus turlupine.

7. « Chéri(e) »

Le problème avec « Chéri(e) » c’est que tu as tout de suite
envie d’enchaîner sur «… j’ai rétréci les gosses » et que
du coup tu veux revoir ce film culte pour te rappeler ton
enfance tellement bénie à l’abri des agressions du monde
extérieur, mais qu’en fait tu revois le film et que tu
captes qu’il a mal vieilli et qu’en plus quand tu étais
petit(e) à la fin d’un film, ton papa venait te chercher
pour te dire « Chéri(e), viens à table » et qu’en fait tu
captes que « chéri(e) » c’est comme ça que t’appelait ton
père et que comme ton mec ou ta meuf t’appelle aussi comme
ça, du coup, t’as l’impression de coucher avec ton père et
que tu vas commencer une thérapie de groupe.

8. « Schmoopy »

Parce que même si Jerry Seinfeld est ton guide spirituel,
l’expression atteint un degré de souffrance sonore extrême
pour le reste de ton entourage et par extension, de
l’humanité. Sache que chaque fois qu’un
« schmoopy » est prononcé, une petite fée meurt
dans le monde imaginaire de Peter Pan. Oh Schmoopy, you
Schmoopy ! Brûle en enfer suppôt de Satan.

9. « Jean-Claude »

Sauf bien sûr si ton conjoint s’appelle Jean-Claude.

Le problème dans tout ça, c’est que tu fais comment quand ta
relation prend fin après quelques années de bons et loyaux
services et que tu te retrouves à devoir appeler ton ex par son
prénom ? Alors que tu as oublié son prénom parce que ça fait
trois ans que tu mixes avec ces 9 surnoms moisis.

Et sinon, t’as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre
notre dernière vidéo !

1. Le Floathouse River Kwai (Thaïlande)

Les hôtels, ça va, on connaît. Même si on n’y met pas les pieds
tous les jours, on commence à savoir à quoi ça ressemble : des
chambres, un resto, un comptoir à l’entrée, etc. Classique.
Mais pour changer, il y a les hôtels flottants, où on se
retrouve devant une belle étendue d’eau en se levant. Et ça en
jette.

1. Le Floathouse River Kwai (Thaïlande)

Pas très loin du fameux pont de la Rivière Kwai, on trouve
cet hôtel plutôt pas mal, qui est en plus écolo. C’est
beau, y’a de l’eau, de l’amour, du soleil et de la
méditation, et ça on aime.

2. Le Ibis Goteborg City (Suède)

Un hôtel Ibis dans un bateau c’est quand même bien plus
classe que les hôtels Ibis qu’on voit partout d’habitude.
Par contre niveau température, on sort pas tout nu sur le
pont-là.

3. Le Shwe Tha Floating Resort (Birmanie)

La Birmanie est une destination touristique qui explose, et
quand on voit ce genre d’hôtels on comprend facilement.
Rien que le portail d’entrée donne envie.

4. Le Punta Caracol Hôtel (Panama)

La jalousie règne en nous à cause de cette profusion de
beauté. C’est dégueulasse.

5. Le CPH Living Hôtel (Copenhague)

On a sûrement une des plus belles vues sur Copenhague quand
on dort dans une chambre de cet hôtel. Bon ok ça serait
mieux sans la grue mais on va pas chipoter.

6. Le King Pacific North (Canada)

Un hôtel pour les fans de pêche puisque l’endroit est un
super spot pour trouver de la grosse poiscaille. Mais si tu
veux juste te reposer et apprécier la vue c’est bon aussi.

7. Le Sala Don Khone (Laos)

Tout au sud du Laos on trouve un des plus beaux endroits de
la Terre (on en a recensé environ 10.000 à vue de nez en
même temps.) Parfait pour le chill et l’amour.

8. Le Four Rivers Floating Lodge (Cambodge)

Si on t’envoie cette photo pendant que tu es en train de
travailler, normalement tu ressens une tristesse située à
180 sur l’échelle du seum.

9. Le Aqua Mekong (Vietnam)

Un bateau tout mignon qui loue des chambres et c’est le
paradis. Tu te réveilles chaque jour à un endroit
différent, devant une pagode, un monastère, devant le
bonheur aussi un peu.

10. Le Zambezi Queen (Namibie-Botswana)

Là encore on est sur du bateau assez luxueux, mais cette
fois-ci on navigue en Afrique, sur la rivière Chobe. On se
laisse tanguer et on pionce dans les meilleures conditions.

On flotte dans le bonheur.

Pour bien te marrer, même en voyage, c’est Topito
Voyage
qu’il te faut.

Et sinon, t’as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre
notre dernière vidéo !

1. “J’ai enfin déverrouillé tous les secrets, personnages et niveaux !” VS “J’ai enfin payé pour avoir tous les secrets, personnages et niveaux !”

L’un des premiers jeux vidéo du monde commercialisé fut Pong,
sorti en 1972. 55 ans après, le jeu vidéo a sacrément évolué
puisque maintenant on peut poser un casque sur sa tête et avoir
l’impression de tomber. Du coup Dorkly a publié quelques
petites planches à caractère humoristique avec les différences
entre avant et maintenant.

1. “J’ai enfin déverrouillé tous les secrets, personnages
et niveaux !” VS “J’ai enfin payé pour avoir tous les
secrets, personnages et niveaux !”

Crédits photo
: Dorkly

2. Quand le jeu ne fonctionne pas

« Souffle dessus. »

« Attends qu’ils ajoutent de nouveaux serveurs et
patchs la semaine prochaine. »

Crédits photo
: Dorkly

3. “Oooh un jeu vidéo !” VS “Oh, trop de jeux vidéo…”

Crédits photo
: Dorkly

4. “Quand je serai grand, je jouerai aux jeux vidéo toute
la journée !” VS “Quand je serais à la retraite, je jouerai
aux jeux vidéo toute la journée !”

Crédits photo
: Dorkly

5. Voir les gens jouer

« Allez, tout le monde va chez Jimmy pour le voir
jouer au nouveau Zelda. »

Crédits photo
: Dorkly

6. “Les graphiques ne seront jamais mieux que maintenant”
VS “Meh”

Crédits photo
: Dorkly

7. “Quel starter devrais-je prendre ? Le type feu, eau ou
plante ?”

Crédits photo
: Dorkly

8. “Multiplayer = oh putain je peux jouer avec mes amis !”
VS “Multiplayer = putain je déteste tout le monde ici !”

Crédits photo
: Dorkly

9. “Mince, je n’ai plus rien pour jouer.” VS “Mince, je
n’ai plus rien pour jouer.”

Crédits photo
: Dorkly

10. “C’est trop cool, j’espère qu’ils ne s’arrêteront
jamais de faire des suites !” VS “Arrêtez.”

Crédits photo
: Dorkly

11. Écrire les mots de passe dans un carnet VS Sauvegarder
toutes les 10 secondes

Crédits photo
: Dorkly

Alors on est d’accord pour dire que ça a pas mal changé hein ?

Source : Dorkly,
Dorkly,
Dorkly,

Dorkly

Fan de Pokémon ? On a déniché les
cadeaux Pokémon les plus cool
:

Et sinon, t’as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre
notre dernière vidéo !